Qu’est-ce qu’un médicament OTC en pharmacie ?

Un médicament OTC est un médicament qui peut être vendu sans ordonnance. Les médicaments OTC sont donc des médicaments en vente libre, qu’on désigne également par médicaments de comptoir. OTC, comme expliqué sur le site du Cabinet Plumecoq, signifie littéralement par-dessus le comptoir (Over The Counter). On parle parfois d’auto-médication pour les désigner. On parle aussi parfois de médicaments de médication officinale ou médicaments en accès direct. Ces médicaments sont destinés à être délivrés avec l’aide du pharmacien, sans consultation médicale obligatoire, pour traiter certains symptômes relativement courants comme la fièvre, les maux de gorge, la diarrhée, le rhume ou encore les douleurs légères.

À quels critères répondent les médicaments OTC ?

Pour être disponible en vente libre, un médicament doit répondre à certains critères définis par L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) pour préserver la santé et la sécurité des patients. L’ANSM possède ainsi une liste qu’elle met régulièrement à jour. On y retrouve des médicaments :

  • Dont les indications thérapeutiques et la notice les rendent adaptés à une utilisation sans diagnostic médical ou surveillance ;
  • Dont le conditionnement reflète leur posologie et la durée du traitement ;
  • Qui ne présentent aucune contre-indication majeure ;
  • Caractérisés par un risque d’interactions médicamenteuses faible ;
  • Dont le niveau de sécurité est suffisamment élevé lorsqu’ils sont réservés aux patients pédiatriques.

La liste des médicaments OTC varie selon le pays. Lorsqu’on parle d’OTC, on pense immédiatement à des médicaments comme l’aspirine, à certains bains de bouche ou encore à certaines pommades et crèmes. Parfois, certains médicaments sont retirés de la liste des médicaments en vente libre et rejoignent la catégorie des médicaments nécessitant une ordonnance. De la même façon, certains médicaments cessent parfois d’être soumis à une prescription médicale. Ainsi, depuis mai 2021, les pharmaciens diplômés peuvent délivrer certains antibiotiques sans ordonnance pour le traitement de la pollakiurie et des brûlures mictionnelles non fébriles chez les patientes âgées de 16 à 65 ans. Il est également possible qu’un médicament continue d’être disponible sans ordonnance, mais qu’il arrête d’être disponible en libre accès dans les pharmacies. C’est par exemple le cas de l’ibuprofène, de l’aspirine et du paracétamol, qui depuis janvier 2020 doivent être positionnés derrière les comptoirs dans les pharmacies.

OTC medicaments sans ordonnance

Le devoir de conseil des pharmaciens

Même s’ils sont disponibles sans prescriptions médicales, les médicaments OTC ont des points communs avec les médicaments dont la vente est sujette à une ordonnance. Ils répondent aux mêmes exigences de qualité, ont été contrôlés et évalués par les autorités de santé et se révèlent tout aussi efficaces que les autres médicaments. Il est vrai que d’une façon générale, ils ne présentent que de faibles risques pour la santé, mais ces risques ne sont pas inexistants pour autant. C’est pour cette raison que le pharmacien qui les délivre possède un devoir de conseil. Les médicaments OTC ne doivent être vendus que sous son contrôle. Le pharmacien peut ainsi informer sur les effets indésirables du médicament, prendre la peine de vérifier si un autre traitement est en cours et s’intéresser aux interactions médicamenteuses. Il pourra ainsi conseiller un autre médicament s’il le juge nécessaire. Le pharmacien doit se montrer encore plus vigilant lorsqu’il s’agit d’une personne âgée, d’une femme enceinte ou d’une personne souffrant d’une affection longue durée comme le diabète par exemple. Quoi qu’il en soit, les médicaments OTC doivent toujours être utilisés dans le respect des règles fixées par leur notice, qu’il s’agisse du mode d’administration, de la posologie ou encore de la durée du traitement.

Dans l’officine, les médicaments OTC doivent être positionnés dans un espace dédié. Cet espace doit se situer aussi près que possible des postes de dispensation des médicaments afin que le pharmacien puisse aisément contrôler leur délivrance et conseiller les patients au mieux.

Lorsqu’un patient prend un médicament OTC et expérimente un effet indésirable pour le moins sérieux, le pharmacien doit en faire la déclaration au CRPV de rattachement géographique. Sur leurs sites, l’Ordre National des Pharmaciens et l’ANSM proposent des fiches de déclaration spécialement réservées aux pharmaciens à cette fin.

La vente des OTC en ligne

La vente en ligne des médicaments OTC est légale en Europe depuis 2003, à condition qu’elle ne soit pratiquée que par des pharmacies qui existent déjà « physiquement ». Elle n’est possible en France que depuis 2013 et fait l’objet d’un encadrement strict. Par exemple, l’autorisation d’une agence régionale de santé (ARS) est nécessaire pour la création d’un site de vente en ligne de médicaments OTC par une officine de pharmacie. Il est possible de consulter la liste des sites autorisés sur le site de l’ordre national des pharmaciens. De cette façon, les autorités de santé espèrent prévenir la contrefaçon et favoriser le recours à un conseil pharmaceutique. De la même manière, lorsque l’on utilise des produits de soin faits maison, pourtant naturels, il est conseillé de se référer au pharmacien. En cas de surdosage, l’effet bénéfique peut se transformer en effet néfaste.

C.S